Développement durable facile dans mon cabinet médical

Actions "Déchets" :

J’utilise une poubelle de bureau spéciale "tri sélectif".

La gestion des médicaments non utilisés fait l'objet d'une information auprès des patients.

Autres idées...

Action 1 : Instaurer ou perfectionner le tri sélectif

 

Les cartons de vaccin, les revues en tout genre… finissent-ils TOUS au fond du bac à couvercle jaune ?

Il est certain qu’ajouté au DASRI, on finit par perdre courage. Et si la solution résidait en une poubelle sous le bureau spéciale « déchets recyclables » ?

Bon ok, ça fait beaucoup de poubelles, on est d’accord…

Mais quand on sait que le recyclage permet d’éviter chaque année en France l’équivalent de 20 millions de tonnes d’équivalent C02, [1] soit 30% des émissions de gaz à effet de serre liées aux voitures, ça motive, non ?! [2]

Nous en profitons pour rappeler l’intérêt des broyeurs de papier pour le respect du secret médical.

Action 2 : Informer les patients de la gestion adaptée des médicaments non utilisés

 

Le saviez-vous ? Le taux de collecte des médicaments non utilisés en France est de 64% en 2015 (sur 19 000 tonnes). [1] Il reste donc une belle perspective de progression.

Pourquoi les rapporter au pharmacien est-il primordial ?

  1. Parce qu’une gestion inadaptée pollue les eaux et les sols.
  2. Parce que des médicaments en libre accès à la maison, c’est un risque d’accident domestique et d’automédication inappropriée.

En tant que prescripteur, nous avons notre rôle à jouer, en informant les patients. Pour en savoir plus : https://www.cyclamed.org/ 

 

Evidemment, pour être cohérent, il convient également d' essayer de diminuer le chiffre de médicaments non utilisés...

Comment ? Notamment, en transmettant au patient la nécessité de ne prendre en pharmacie que les médicaments dont ils ont vraiment besoin (pas 15 boites de paracétamol pour une rhinite)! 

 
Autres idées :
 
Composter !!!

Une solution miracle pour réduite mes déchets au cabinet ? Le compostage !!!

On vous assure, un cabinet produit largement assez pour nourrir un joli compost :

  • Marc de café (une tonne par jour…c’est bien ça ??), thé…
  • Épluchures du midi
  • Et bien sûr… essuie-mains et draps d'examen. Parce que oui, ces derniers sont composés à base de ouate de cellulose, hautement compostable.

Pour vous aider, il existe un guide de l’ADEME  [3] et bien d’autres sites.

 
Pas de bouteilles d'eau en plastique dans la salle de pause.

Mesure simple pour diminuer vos déchets ! A remplacer par une carafe ou autre...

Pour vous aider : les consignes de tri des déchets au cabinet !

Questions fréquentes

Et non! Ce verre contient des éléments différents de celui de nos bouteilles habituelles, et ne peut donc pas se recycler. Pour les médecins généralistes, il doit être traité comme un DASRI.
A nouveau non... En effet, le fait que ce papier soit broyé empêche son recyclage habituel. Selon votre ville, la prise en charge de ce déchet est différente. Une collecte par une entreprise spécialisée est souvent possible. Il faut vous renseigner auprès de votre commune pour connaitre la démarche à suivre, généralement simple et gratuite.
Les draps d'examen ne se recyclent pas car ils sont composés de ouate de cellulose. Par contre, au même titre que les essuie-mains, ils se compostent! Certains cabinets, avec l'aide de leur commune ont déjà mis en place cette pratique et ont donc réduit de manière très importante leur poubelle!
Les recommandations de la HAS de 2007 sur l'hygiène au cabinet médical concernant cette question sont claires :"à performance égale, et d’une manière générale, il est recommandé d'utiliser du matériel à usage unique préférentiellement à un matériel réutilisable." A chacun donc de faire ses choix. En respectant bien sûr les recommandations de stérilisation en vigueur et en ayant en tête que d'un point de vue purement "écologique" la question n'est pas si simple. En effet, le processus de stérilisation fait appel à une consommation importante d'eau et d'énergie... sans compter son coût économique non négligeable. Doc' durable vous laisse donc juge sur cette question, en fonction également de ce que vous considérez être le plus efficace (la transparence d'un speculum vaginal jetable peut-être utile mais à l'inverse une pince en plastique est sûrement moins efficiente qu'une réutilisable...)